6 706 signatures – Merci à tous et à toutes pour ce signal clair !

Le 4 novembre dernier, environ 500 employé-e-s de la Confédération ont pris part à la marche de protestation et remis la pétition munie de 6 706 signatures. Ce faisant, ils ont donné un signal fort et clair pour la reconnaissance de leur travail, une politique du personnel responsable, le retour aux principes du partenariat social et l’arrêt du démantèlement des salaires et des conditions de travail.

Teneur du communiqué de presse :

Le personnel de la Confédération proteste contre le démantèlement des salaires et des emplois

En marchant vers le Palais fédéral et à travers une pétition, les employé-e-s de la Confédération ont protesté aujourd’hui à Berne pour faire reconnaître son travail et contre le programme d’austérité du Conseil fédéral. Plus de 6 600 collaborateurs et collaboratrices ont signé la pétition.

Par son action de protestation et sa pétition signée par plus de 6 600 collaborateurs et collaboratrices, le personnel de la Confédération s’oppose au démantèlement des salaires et des emplois. Dans sa pétition, il demande une politique du personnel responsable, le retour aux principes du partenariat social et l’arrêt du démantèlement des salaires et des conditions de travail. Le personnel de la Confédération fournit un travail de qualité, il est très motivé à offrir les meilleurs services possibles à la population et à l’économie privée. Pour qu’elle puisse relever les futurs défis de politique économique et extérieure, l’Administration fédérale a besoin de suffisamment de ressources.

Le personnel de la Confédération réagit ainsi à la pression toujours plus forte à laquelle il est confronté. L’Administration fédérale est diffamée, elle serait inefficiente et superflue. Chaque nouveau poste créé signifierait plus de réglementation et mettrait de ce fait des bâtons dans les roues à l’économie privée, tel est le credo des adeptes de la déréglementation. De nombreuses interventions parlementaires exigent que l’on procède à des coupes radicales et supprime des emplois. Et le programme d’austérité du Conseil fédéral frappe très durement les jeunes employé-e-s et les classes de salaire inférieures : gel des salaires en 2016, progression des salaires divisée par deux et prime de fidélité désormais uniquement après 10 années de service. De plus, à partir de 2017, des centaines de postes seront supprimés, la contribution patronale aux rentes transitoires (rentes-ponts) disparaîtra et un système salarial sans progression des salaires réglementée sera introduit.

Les associations du personnel APV, transfair, Garanto, SSP, swissPersona et APfedpol ont lancé ensemble cette pétition à l’intention du Conseil fédéral et transmis aujourd’hui à la Chancellerie fédérale les signatures, aux alentours de midi, lors d’une action de protestation qui a rassemblé des centaines de collaboratrices et collaborateurs. Elles refusent que le personnel de la Confédération doive trinquer pour la baisse des recettes causée par une politique fiscale erronée. Elles soulignent que l’Administration fédérale n’est aucunement surdotée en personnel : depuis des années, les dépenses de personnel ne représentent en effet que 8,4 % des dépenses totales de la Confédération et la quote-part de l’État ne cesse de baisser pour atteindre, avec 31,3 %, un niveau record en comparaison européenne. Les associations du personnel mettent en garde contre ce programme d’austérité qui provoquerait un démantèlement des prestations servies à la population, aux cantons et à l’économie.

Photos :

  • Des photos de l’action de protestation pourront être téléchargées depuis Flickr.